Les Artilleurs et les Traditions > Tome B- Les commandeurs de l’Artillerie d’hier et d’aujourd’hui > F- Les chefs de corps des régiments >
008- Chefs de corps du 8° RA
 

Retour

Le 8e régiment d’artillerie est l’héritier direct du régiment du Corps royal de l’artillerie des Colonies créé le 24 octobre 1784 sous le règne de Louis XVI.

Le 20 juillet 1792 il devient le 8e régiment d’artillerie, et passe à l’artillerie de terre le 27 août 1792.

Ancien Régime

Prise de commandementGradeTitre et Nom
24 octobre 1784ColonelChevalier du Puget d’Orval
26 août 1787Colonelde Senneville

Garnison : Lorient

Révolution et Empire

Prise de commandementGradeTitre et Nom
septembre 1793Coloneld’Hennezel
1794Chef de brigadedes Bordes
20 avril 1802Chef de brigadeTirlet
29 octobre 1803ColonelClaude-Charles Aubry de La Boucharderie
11 novembre 1809ColonelDigeon
1 octobre 1813Colonelle baron d’Empire Caron

Garnisons : 1792 : Rennes ;...

Restauration

Prise de commandementGradeTitre et Nom
25 avril 1816ColonelGauldrée-Boileau
21 mai 1830Colonelde Berauville
28 mai 1833ColonelMolin
4 septembre 1841Colonelde Mainville
29 décembre 1847ColonelLyautey
17 avril 1850ColonelLherbette
6 mai 1853Colonelde Vives

Garnisons : 1816 : Rennes [1] ; 1820 : Toulouse ; 1831 : La Fère ; 1835 :Metz ; 1842 : Toulouse ; 1845 : Besançon ; 1849 : Metz ; 1850 : La Fère.

Second Empire à 1914

Prise de commandementGradeTitre et Nom
16 mars 1854ColonelVoysin Gartempe
1856Colonelde Fadates de Saint-Georges
1858ColonelPé de Arros
1866ColonelPicot de Lapeyrousse
1872Colonelde Miribel
1875Colonelde Contamine
1880ColonelJaubert
1886ColonelBarjon
1887Coloneld’Aumale
1888ColonelMichon
1893ColonelBoucly
1896ColonelPistor
1898Coloneld’Astier de la Vigerie
1905ColonelDesaleux
1907ColonelBerrot
1910ColonelDeprez

Garnisons : 1852 : La Fère ; 1854 : Toulouse ;1858 : Rennes ; 1862 : Douai ; 1866 : Metz ; 1869 : La Fère ;.... Nancy...

Première Guerre mondiale 1914-1918

Prise de commandementGradeTitre et Nom
1914ColonelMAUGER
1915Lieutenant-colonelSchneider
19 janvier 1916 au 17 janvier 1917ColonelWalch
13 janvier au 1er février 1917Chef d’escadronKauffer
15 février au 24 août 1917Lieutenant-colonelBrosse
25 août au 4 juin 1918Lieutenant-colonelKauffer
25 juin 1918 au 11 novembre 1918Lieutenant-colonelHoltzapffel

De 1919 à 1940

Prise de commandementGradeTitre et Nom
1919ColonelFondeur
23 novembre 1920ColonelHauser
11 février 1921ColonelBouquillon
8 octobre 1923ColonelSéguinau de Préval
7 mars 1927ColonelDesrons
1928ColonelMathieu de Vienne
1931ColonelMisseray
1933ColonelArnoult
1935ColonelVauthier
1936ColonelGanier
1938ColonelDrot
5 avril au 1er août 1940ColonelDelmotte

Après la 2e Guerre mondiale jusqu’en 1955

Prise de commandementGradeTitre et Nom
1 janvier 1945 au 22 mars 1945Lieutenant-colonelBodinat
23 mars 1945 au 17 mai 1946ColonelBègue
17 mai 1946 au 16 août 1948ColonelFonquernie
16 août 1948 au 31 octobre 1950ColonelBelorgey
3 novembre 1950 au 1 décembre 1951Colonelde Chergé
1 janvier 1952 au 10 avril 1954ColonelCompanyo
10 avril au 5 juillet 1954Lieutenant-colonelDrapier
5 juillet 1954 au 1 mars 1955Colonel Brunet

Guerre d’Algérie : 1955-1962

  • Premier Groupe (I/8°RA)
Prise de commandementGradeTitre et Nom
1er août au 24 septembre 1955Chef d’escadronde Valence de Minardière
1955 - 1957Lieutenant-colonelJost
1957 - 1959Chef d’escadronRoux
1959 - 1961Chef d’escadronCalvino
1961 - 1962Lieutenant-colonelPontfort
  • Quatrième Groupe (IV/8°RA)
Prise de commandementGradeTitre et Nom
1 mars 1955 au 30 septembre 1956Chef d’escadronPetitpas
1 octobre 1956 au 19 décembre 1958Chef d’escadronLecoubs
20 décembre 1958 au 14 septembre 1960Chef d’escadronDubreuil
19 septembre 1960 au 15 juillet 19621960Chef d’escadronBarthier
à partir du 16 juillet 1962Chef d’escadronHeim

De 1964 à nos jours

Année/débutAnnée/finGradePrénomNom
16/05/19641965LCLPOUPET
19651967LCLAlfredMAITRE
19671969LCLTROTEREAU
19691971LCLJacquesCASSAGNE
19711973LCLRenéBOUISSAC-PEYRE
19731975LCLJeanBARBOTIN
19751977LCLBernardVAILLANT
19771979LCLRICHARD
19791981LCLClaudeDELBOS
19811983COLAlbertMENANTEAU
19831985COLYvesCRENE
19851987COLMichelCORRIGOU
19871990COLClaudeBURTSCHELL
19901992COLJean-PierreBARILLER
19921994COLMichelFRERE
19941996COLClaudeFOURNIER
19961998COLJean-PaulCOURLY
19982000COLJeanAYASSE
20002002COLGuyDELAMARRE
20022004COLPierreRAZAT
20042006COLThierryPLATEAUX
20062008COLMichelLEDANSEUR
20082010COLXavierCULOT
20102012COLFabriceFERRANDO
20122013COLArnaudRICHE

Mise en sommeil le 25 juin 2013.

x

(JPG)

L’étendard est confié au Groupement de recrutement et de sélection Nord-est, en mai 2017, après quatre années de conservation au Musée de l’artillerie à Draguignan.

Année/débutAnnée/finGradePrénomNom
mai 2017juillet 2017COLPhilippeJOUVE
juillet 20172019COLAnne-HenryBudan de Russé
2019COLTHIEBAUT

x

Texte de l’allocution du Chef de Corps, lors de la présentation des nouveaux arrivants à l’Étendard du Régiment.

"C’est sous le règne de François 1er que l’on trouve les traces d’un début de codification de l’organisation de l’artillerie. Cependant, il faudra attendre Louis XIV pour qu’une évolution significative se produise ; fruit d’un travail important qui va aboutir à la création de l’artillerie en tant qu’arme indépendante.

Ainsi, en 1693, le Régiment des Fusiliers du Roi est définitivement placé au service exclusif de l’artillerie, et prend l’appellation de « Royal Artillerie »

En 1765, après la guerre de Sept Ans, le grand maître de l’artillerie, le Lieutenant Général de Gribeauval, est chargé de réformer matériel et organisation. Son travail débouche sur la mise en service de modèles de canons différents selon l’emploi prévu : campagne, siège, place ou côte.

Enfin, le 24 octobre 178/1 intervient la création du Régiment du Corps Royal de l’Artillerie des Colonies, ancêtre de l’actuel 8e.

Le 20 juillet 1791, un décret de l’Assemblée Nationale réunit le Régiment d’Artillerie des Colonies à l’Artillerie de terre : le 8e Régiment d’Artillerie vient de naître et, à partir de cette date, il va participer glorieusement à tous les événements importants de l’histoire de France.

Le 2 décembre 1805, le jour se lève radieux. Il n’y a pas une heure que l’on se bat que toute l’armée autrichienne se trouve disloquée, presque en déroute.

A treize heures, la victoire est décidée. Les résultats de cette bataille sont immenses. L’ennemi a perdu 45 000 hommes : tués, blessés ou prisonniers, 200 canons et 45 drapeaux. Les Français ont eu 1 288 tués, 7 000 blessés et la belle conduite du 8e Régiment d’Artillerie vaut à son Étendard l’honneur de porter dans ses plis le nom fameux d’Austerlitz 1805.

14 juin 1807. Dans le bulletin qui rend compte de cette journée, l’Empereur faisant allusion aux canonniers des deux batteries du 8e écrit : "Les 14e et 18e compagnies du 8e d’Artillerie () ont fait les plus grands ravages parmi les troupes russes ().

Cette phrase qui équivalait alors à une citation à l’ordre de l’armée explique pourquoi l’Étendard du 8e porte en outre l’inscription de "Friedland 1807 »

Vient alors l’époque de la Restauration qui, par un décret du 5 août 1829 réorganise l’artillerie de l’armée. L’unité tactique devient la batterie de bataille placée sous le commandement d’un Capitaine.

Le 14 septembre 1854, l’escadre franco-anglaise mouille sur les côtes de Crimée à proximité de l’important port de guerre de Sébastopol, défendu par les Russes.

Le 20, par un chemin raviné, les batteries du 8e se portent sur les hauteurs de l’Alma et avec 12 canons, soutiennent héroïquement la lutte contre 16, puis 32 et enfin 48 pièces russes.

Le 17 octobre commence le bombardement de Sébastopol, dont la conquête va durer une année, et apporter une inscription de plus sur l’Étendard du 8e « Sébastopol 1854 ».

Quatre ans après la campagne de Crimée, en 1859, la France tire de nouveau l’épée pour soutenir la cause de l’indépendance italienne.

Le 8e soutient une fois de plus sa réputation au combat : « Dans cette lutte qui dura une partie de la journée, écrit le Général Niel dans son rapport à l’Empereur, notre artillerie eut toujours un avantage incontestable et ses terribles effets furent marqués par les cadavres d’hommes et de chevaux qui jonchaient le sol en nombre considérable. »

La glorieuse liste de son Étendard s’allonge alors : « Solférino 1859 ».

1914/1918. Le 8e Régiment d’Artillerie constitue l’appui feux de la 11e d’Infanterie appelée la "Division de Fer" appartenant au 20e Corps d’Armée commandé à cette époque par le Général Foch.

Il se distingue en Lorraine (1914), à Verdun (1916) et dans le Soissonnais (1918).

Par sa conduite exemplaire, il obtient une première citation à l’ordre de l’armée le 29 septembre 1914, une seconde le 10 août 1918 et reçoit la fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre qui est remise aux recrues à l’issue de leur formation élémentaire.

Vingt ans de paix vont alors s’écouler pour le 8e Régiment d’Artillerie sans qu’il fasse l’objet de modifications importantes.

Il repart en campagne le 23 août 1939, est dissout à la fin du mois de juin 1940.

Reformé le 1er janvier 1945 à Nancy, il génère le 1er mars 1955 deux Groupes (I et IVe Groupes/8è régiment d’artillerie) destinées à servir en A.F.N. Le 8e Régiment d’Artillerie est enfin reconstitué le 15 mai 1964 au Quartier Oudinot à Commercy à partir des éléments du CI 60e R.A. de Commercy et du 66e R.A. rentrant d’A.F.N.

En 2004, il lui est attribué l’inscription « AFN 1952-1962 » sur son étendard."

Il cite ensuite les grandes unités d’appartenance, au gré des réorganisations de l’armée de terre :

En 1967, il devient le régiment d’artillerie de la 15e Brigade Mécanisée, puis en 1977 celui de la 4e Division Blindée de Nancy. Le 1er juillet 1985, le 8e Régiment d’Artillerie relève de la Division Blindée à Châlons-sur-Marne. En 1997, à la dissolution de la 10e DB, il rejoint la 7e DB de Besançon (transformée en 7è Brigade blindée en 1999).

Il termine en citant les opérations extérieures auxquelles le régiment a participé, jusquà sa mise en sommeil le 25 juin 2013.

x

Aidez-nous à compléter ou modifier ces informations par un simple message

Retour

[1] Régiment d’artillerie de Rennes


____________

Base documentaire des Artilleurs