Les Artilleurs et les Traditions > Tome B- Les commandeurs de l’Artillerie d’hier et d’aujourd’hui > F- Les chefs de corps des régiments >
C010- Chefs de corps du 10°RAC puis 10°RAMa
 

Aidez-nous à retrouver les chefs de corps de ce régiment.

Il est créé le 1er avril 1919 sous l’appellation de 10è RALHC (régiment d’artillerie lourde hippomobile coloniale) avec ses quatre-groupes tenant garnison à Toulon, Marseille, Saint-Raphaël et Nîmes.

Le 3 mai 1923, il change d’appellation et devient le 38° RAC (régiment d’artillerie coloniale).

Il est recréé à Rueil-Malmaison le 1 mai 1929 sous l’appellation 10°RACP (régiment d’artillerie coloniale porté) à partir du 310°RACP.

Le 1er décembre 1932, il devient le 10e RACTT (régiment d’artillerie coloniale tracté tous terrains).

Il participe pendant la 2°GM à la campagne de Norvège. A l’armistice il reprend le nom de 10°RAC [1] et tient garnison à Nîmes, Marseille, Draguignan.

A la Libération, il est recréé à Draguignan le 5 novembre 1944.

Le 3 mars 1946, il rejoint l’Indochine. Le 5 novembre 1955, il arrive en Algérie et forme 4 groupes. Intervient le changement d’appellation de RAC en RAMa (régiment d’artillerie de marine).

le 1er avril 1962 ; le 3ème groupe devient 41°RAMa ; le 5e groupe devient le 10°GAMa à Mers-el-Kébir, puis il est définitivement dissous à son retour en métropole le 30 septembre 1967.

x

Le RSMa-Ga (régiment du service militaire adapté) de la Guadeloupe reçoit la garde de l’étendard jusqu’en 2013.

x

Le 2e RSMV (régiment du service militaire volontaire) de Brétigny-sur-Orge reçoit la garde de l’étendard en 2017.

Année/débutAnnée/finGradeNomPrénom
2017
2020LCLVERA

Retour

[1] Seul régiment d’artillerie coloniale de l’armée d’armistice.


____________

Base documentaire des Artilleurs